Category Archives: Events and Competitions

French and Spanish flash fiction competitions now open!

We’re delighted to announce the return of our ever-popular French and Spanish flash fiction competitions for school students. If you are learning French and/or Spanish in Years 7-13, you are invited to send us a *very* short story to be in with a chance of winning up to £100. Read on to find out more…

What is Flash Fiction?

We’re looking for a complete story, written in French or Spanish, using NO MORE THAN 100 WORDS.

What are the judges looking for?

We’ll be looking for imagination and narrative flair, as well as your ability to write in French or Spanish. Your use of French or Spanish will be considered in the context of your age and year group: in other words, we will not expect younger pupils to compete against older pupils linguistically. For inspiration, you can read last year’s winning entries for French here, and for Spanish here.

What do I win?

There are two categories: Years 7-11 and Years 12-13. A first prize of £100 will be awarded to the winning entry in each category, with runner-up prizes of £25. The winning entries will be published on this blog, if you give us permission to do so.

How do I enter?

The deadline for submissions is noon on Wednesday 31st March 2021. If you would like to submit a story in French please do so via our online submission portal here. If you would like to submit a story in Spanish please do so here.

You may only submit one story per language but you are welcome to submit one story in French AND one story in Spanish if you would like to. Your submission should be uploaded as a Word document or pdf.

Please note that, because of GDPR, teachers cannot enter on their students’ behalf: students must submit their entries themselves.

If you have any questions, please email us at schools.liaison@mod-langs.ox.ac.uk

International Book Club

Our colleagues over at the Queen’s College Translation Exchange are once again running their International Book Club this term. The club meets once a term to discuss a novel translated into English from any language. The next event will be held via Zoom on Wednesday 25 November 2020 at 8pm, and the conversation will focus on Gine Cornelia Pedersen’s book, Zero, translated from Norwegian and published by Nordisk Books in 2018. The translator, Rosie Hedger, will also join the discussion.

For more details about how to take advantage of this fantastic opportunity to think about the process of translation, take a look at the International Book Club’s webpage. You’ll also find information there about how to get a special discount from the publisher if you purchase a copy of the book being discussed, and details about the books which have been the subject of previous International Book Club events.

Competitions for Language Learners in Schools

Colleagues across the university are currently hosting several exciting competitions designed to engage school pupils with language learning. First up is a topical competition from the team at the Modern Languages Outreach and Engagement (MLOE) project. Open to Year 9 students (Year 10 in Northern Ireland), ‘Rethinking Languages through COVID-19’ asks entrants to produce a poster reflecting on some of the ways in which COVID-19 has changed language use, or impacted on life, in another country. The closing date for this competition is Friday 18 December 2020: full details for teachers and their pupils are available here.

Alpes de Berchtesgaden (Image credit Wikimedia Commons)

Elsewhere the Oxford German Olympiad (OGN) is now open for entries. This year’s theme is ‘Die Alpen’ (The Alps) and there is a whole range of opportunities for age groups ranging right through from Years 5 and 6 in primary school to Years 12 and 13 to win prizes. The tasks to choose from include opportunities for creative writing and making art, and they don’t all require a prior knowledge of the German language – just an enthusiasm for engaging with the culture, language, and nature of German-speaking countries. Entrants have until Thursday 11 March 2021 to take part, and all of the relevant information can be found on the competition website.

Later this year we’ll also be launching our ever-popular French and Spanish flash fiction competitions. Watch this space for updates: in the meantime you can read the winning entries from 2020 for French here, and for Spanish here.

Calling UK Modern Language Teachers

The Sir Robert Taylor Society is a network of teachers of Modern Foreign Languages in secondary schools, academics in the Medieval and Modern Languages Faculty at the University of Oxford, and others who have an interest in Modern Languages. It is named after the founder of the Modern Languages Library at Oxford (the ‘Taylor Institution’), Sir Robert Taylor.

Our annual conference takes place in September at the University of Oxford, and provides a unique forum for interaction and exchange between the University and teachers.

Sadly, we have had to cancel this year’s meeting in Oxford. Instead, we invite you to join us remotely for a series of live events which we are planning for Friday 25 September, from 4.30 until 7pm. We’ll be hosting the event on the Sir Robert Taylor Society website, which is here. It will consist of talks and Q&As between modern language teachers, Oxford tutors, and current undergraduates, with the British diplomat Sir Simon McDonald as our special guest .

If you teach modern languages in a UK school and you’d like to attend this online meeting by emailing us at schools.liaison@mod-langs.ox.ac.uk. At the same time, please do mention any questions you would like to submit in advance. These may be about the study of individual languages and literatures at Oxford (whether post-A or from scratch), the year abroad, career destinations, or any aspect of the application process. Live questions will also be welcome on the day!

We’d like to draw the attention of modern languages teachers to two resources in the meantime:

1) Oxford University’s Virtual Open Day on 18 September, which you and your students are very welcome to ‘attend’. For further details please see:

https://www.ox.ac.uk/admissions/undergraduate/virtual-open-day

2) The Oxford University Medieval and Modern Languages webpages, where you can find a collated list of resources to support your teaching, and also to guide you and your students through applying to Oxford and the experiences of studying here, with plenty of input from current students! These resources can be found here:

https://www.mod-langs.ox.ac.uk/schools

French Flash Fiction Competition: Commended Stories

Image by annca from Pixabay

It’s our final flash fiction post of the season and, to wrap up, we bring you some of the brilliant stories from the students in the Years 7-11 category who were commended by the judges. Félicitations!

Comment être un chien

Pour être un chien, il faut être très mignon. Tes yeux sont faits pour dire, « j’ai très faim ! » ou « je veux jouer toute la journée, sans arrêt ! » et ta fourrure est réconfortante à toucher.
« Voilà, Galette. » dira ton maître, et il te câlinera. Tu as, maintenant, une tranche de bœuf magnifique.
Aussi, tu dois manger tout, aller au jardin, jouer tout le temps et marcher sur le tapis avec des pieds sales.
« Non, Galette ! »
Mais surtout, cherche toujours le sourire de ton maître, parce que s’il n’est pas content, ton travail n’est pas fini.

(Carla Lubin, Year 7)

C’est le 6 Juin 1844 à Luc sur Mer, je prépare ma toile pour la peinture. La plage est silencieuse. Je suis perdu dans ma dessin quand brusquement, le ciel devient gris, la pluie couvre le ciel mais mes doigts ne veulent pas s’arrêter. Je peins plus que je peux vois. La mer semble rouge alors que des centaines d’hommes montent la plage de navires et battements métalliques que je n’ai vu jamais auparavant. Tous les hommes portent la même vert vêtements. Ma toile est rempli avec guerre et horreur.

 Mon frère il regarde la toile. ‘Quelle imagination tu as’.

(Lara Hardy-Smith, Year 11)

C’était une journée normale à Londres, en Angleterre, à la fin de l’été 1666. Il faisait chaud et le soleil brillait brillamment sur la Tamise. La place du marché grouillait d’acheteurs et de vendeurs et la boulangerie avait une longue file d’attente; très probablement en raison de l’odeur de pain sortant du four. Au fil du temps, les cris des marchands sont partis et le soleil s’est couché sous l’horizon. Dans la boulangerie, le boulanger emballait ses pains lorsque quelqu’un entra. En fait, c’était un chien! Un petit chien mignon. Un petit chien mignon avec une torche allumée dans sa bouche. Soudain, il jeta la torche au fond de la boulangerie et un terrible incendie se déclara.

C’est vraiment ce qui s’est passé et ce qui a déclenché le grand incendie de Londres.

(Aiden Politiek, Year 10)

Deux mondes

Mes ennemis suivent mon moindre pas, je ne peux pas m’arrêter. Je marche, seul, hanté par une peur invisible et féroce. Je suis un chevalier perdu, épouvanté par ma solitude et craignant de ne jamais revoir mon royaume. Soudainement, une figure pale surgit des bois obscurs : elle s’avance et la lumière révèle un visage grave. “Aidez-moi, s’il vous plait…” ma soif et fatigue sont telles que mes lèvres ne bougent presque plus. Mais l’homme, sans empathie, indique l’horloge. “C’est l’heure, mademoiselle, rentrez chez vous.” Alors, timidement, je ferme le livre et me hâte de laisser la bibliothèque déjà vide.

(Silvia Rossi, Year 10)

L’ombre de Venise

Venise. Le soleil plongeait ses couleurs corail dans le canal. Un jeune garçon longeait les quais, jetant des galets dans l’eau opaque. Il aperçut une ombre, regarda vers le ciel. Rien. Il suivit le fantôme vers des ruelles lugubres et isolées, seules quelques étoiles perçaient le crépuscule. Soudain son pied fut happé à travers les planches tordues dans le canal brumeux. Des bulles jaillirent de sa bouche, ses cheveux se métamorphosèrent en corail argenté, de fines écailles grises transpercèrent sa peau devenue diaphane. Il hurla, regarda ses mains palmées. L’ombre fit un signe. Il s’enfonça dans les profondeurs de Venise.

(Clémence Buffelard, Year 9)

Je ne dormais pas. Je m’appelle Jacques et je ne dormais pas. Depuis que cette chanson a été faite, ma vie a changé. Tous les jours, tout le temps, les enfants chantent la chanson ennuyeuse. Je trouve ça ennuyeux car je ne dormais pas mais je mangeais mon petit déjeuner. J’appréciais ma bouillie mais j’ai alors oublié de sonner les cloches du matin. Donc, je vous en supplie, s’il vous plaît, arrêtez de chanter la chanson.

(Kairav Singh, Year 9)

Je cours

Je cours. Je n’ai pas beaucoup de temps. Je besoin de la faire avant ils réalisent je suis parti. J’arrive à le pont. Il y a les voitures au-dessous de moi. Il y a l’excès de vitesse le long de l’autoroute. J’arrive à la barrière. J’escalade. Je saute. Je me réveille. Je retourne à le pont. J’arrive à la barrière. J’escalade. Je saute. Je me réveille. Je retourne à le pont. J’entends un moteur vrombissement. Un camion vient à moi. Il me frappe. Je ne vois rien. Certain choses vous ne pouvez pas échappé.

(Jonathan Stockill, Year 7)

“Soit dit en passant, Harry,” dit le professeur Dumbledore à mi-chemin du livre six, “une prophétie dit que vous seul pouvez vaincre le mal Lord Voldemort. C’est pour ça qu’il essaie de te tuer. Vous devez détruire les sept morceaux de son â me, et il vous reste un livre pour le faire. Ne vous attendez pas à de l’aide de ma part; Je serai assassiné de façon spectaculaire en deux chapitres. En plus de cela, il ya des examens à passer et des remous hormonaux à composer avec. Maintenant, souhaitez-vous être allé à ce Muggle complet?”

(Ryan Kwarteng, Year 7)

C’était son premier jour. Après que sa carrière musicale n’ait pas fonctionné, Morhange s’est retrouvé à regarder la grande entrée de Fond de L’Etang, un endroit qu’il avait toujours voulu quitter mais qu’il n’avait jamais pu. Il est entré dans l’école et a vu son ancienne salle de classe. à l’intérieur, ses nouveaux élèves attendaient patiemment. Morhange pensa à Clément Mathieu et le remercia avant de prendre une profonde inspiration et d’entrer dans la pièce. Un étudiant a crié: “Qui êtes-vous?” Souriant, Morhange a dit “Bonjour classe. Je m’appelle M. Morhange. Je suis votre professeur de musique.”

(Riya Mistry, Year 9)

(Harriet Preston, Year 9)

Spanish Flash Fiction: Commended Stories

Image by Manfred Richter from Pixabay

Today we bring you the final collection of stories from this year’s Spanish Flash Fiction competition, having seen the winners, runners up, and highly commended entries in the last couple of months. Here we have some of the commended stories. A huge well done to everyone who took part in the competition and particularly to those who were commended by the judges.

Reminiscencia de mi abuelo

Una sonrisa infantil brillaba en su cara, tan inocente, a pesar de la frente arrugada y la piel envejecida. Sus ojos llenos de mil tonos de azul admiraban el paisaje perfectamente imperfecto. En su expresión, había una pura alegría de vivir – estaba sentado en un banco precario, acurrucado, los rayos del sol cayendo sobre su frágil piel manchada de pecas. Contaba historias, como si fuera un niño liberado de las cargas de la vida.
Años después, me siento en el mismo banco; sin embargo, todavía siento su presencia, a pesar de que él no está aquí.

(Flora Moayed, Year 10)

Una Noche En Madrid

Madrid. Las calles estaban llenas de color. Deliciosos olores vagaban por el aire. El ajetreo u bullicio ruidoso de las noches hizo que las calles cobraran vida. Fuera de un restaurante, se sentó una niña sabor de sus churros riquísimos. El azúcar cubrió sus labios que lamió con deleite. Las farolas eran estrellas que guiaban el camino. Sonriendo y charlando, la gente pasaba caminando; ocasionalmente alguien se detenía para entrar a un restaurante.
La noche era joven.

(Martha Pearce, Year 11)

El buzón

La chica siempre devoraba esas cartas, que llegaban – ¡inesperadas! – en
su buzón rojo, oxidado.

Sus dedos temblaban cuando abría los sobres sepias y acariciaba cada palabra
…hasta que las letras florecían. Una avalancha floral. El sonrojo dulce y el amarillo tierno.
Cada sílaba podía oír el ritmo de su intención y recordaba cada pieza del rompecabezas
olvidado, desde hace años.

Pero la chica no podía transcribir la voz de su mente en palabras de tinta

entonces el remitente pereció,
sucumbió.
decían:

una falta de humanidad.

(Martha Wells. Year 12)

French Flash Fiction: Highly Commended Years 7-11

Image by suncy95 from Pixabay

We’ve seen the highly commended Fernch stories from the sixth formers so let’s see what the younger students had to offer. Here are some of the highly commended entries from the students in Years 7-11…

La voix de langue

Bonjour ! Ça va ? Ces phrases pourraient être dites de différentes manières. Mes petits symboles qui aident à former de structures, qui forment une chaîne de dialogue qui sort de la bouche des gens, ou n’importe où ailleurs. Si je n’ai jamais existé, comment auriez-vous dit à quelqu’un que vous les aimiez, fait rire quelqu’un ou même communiqué du tout? Vous voyez donc? J’existe sous plusieurs formes. Je tiens les portes de communication. Mes mots détiennent les clés de toutes les émotions. Rappelez-vous donc toujours. Les mots peuvent inspirer, les mots peuvent détruire. Alors, s’il vous plait choisissez-les judicieusement.

(Davina Balakumar, Year 9)

La Neige

Elle examinait le livre poussiéreux. “La neige” la chose blanche s’appellait. Elle apparaissait chaque hiver. Toujours l’hiver l’avait embrouillé. Les saisons avec les temps différents, les temperatures différentes, elles étaient étranges. Sa mère pourrait se souvenir de, avec doute, la neige quand elle était jeune. Mais maintenant la neige était une relique du passé. Elle était dans les films âgés, décrivée d’avoir froid, d’être fraiche. Mais tous ces “hivers” étaient le même: chaud et sec. De l’eau, comme d’habitude, était chaud et rare. Elle ne devenait jamais les cristals. Elle n’avait pas besoin de les devenir. Elle était déjà précieuse.

(Georgia Clarke, Year 10)

Ma vie

J’habitais dans un monde de verre – je mangerais et je dormais. Ma vie était une existence morne et j’ai désiré la liberté et la passion! Tous les jours, j’ai essayé de m’échapper. J’ai sauté plus haut qu’une gazelle et j’ai fouillé pour une sortie avec plus de détermination qu’un inspecteur. Mais puis, un jour, mon monde a basculé. Soudainement, je ne pouvais pas respirer! Je tombais pour un long moment, avant d’atterrir dans la toilette.
Maintenant, je sais que la liberté n’est pas ce que j’attendais. Moi, un poisson rouge, devrait être plus prudent que je souhaite!

(Isaac Timms, Year 9)

La nostalgie fanée

Ah, les plaisirs simples de la jeunesse. Une rose poussiéreuse, douce et rouge. Yeux verts au milieu de la nuit et l’odeur familière du vin aigre. Le rire des danses qui étaient toujours des erreurs. Le rire résonne encore à mes oreilles des années plus tard.
Ces souvenirs sont des morceaux d’une époque à laquelle je ne pourrai jamais revenir, une ère de nostalgie douce-amère.
“Ah, Maman.” soupire la femme devant moi. “Pourquoi tu ne te souviens pas de moi?”
Bien que je me souvienne de son visage, je ne sais pas toujours qui elle est.
Le rire résonne encore.

(Jamilya Bertram, Year 11)

Mon grand-père né au milieu de 1919 était destiné à combattre dans la Seconde Guerre mondiale. c’était une nuit fraîche éclairée seulement par la lueur orange du soleil couchant, nous nous sommes précipités vers la maison de grand-père alors que son hangar de dix ans a brûlé jusqu’au sol. Un couple de pompiers nous a laissés tout près alors qu’ils se précipitaient pour pomper l’eau du ruisseau à 800 mètres.
Nous avons regardé le hangar monter en flammes, ce qui a réveillé de bons souvenirs.
La vraie tristesse est venue lorsque mon grand-père âgé, qui nʼétait pas sorti du lit, a tranquillement demandé si les photos de son régiment étaient en sécurité.

(Joanna Kazantzidi, Year 7)

Dans la bibliothèque, il y a des lumières. Les lumières qui volent comme les étoiles dans le ciel de minuit. Mais cette beauté est dangereuse. On peut s’oublier.
Et si on va plus loin dans la bibliothèque, ce que on trouve sont des armes de milliers. Elles sont les choses les plus dangereuses et puissantes dans le monde entier.
Chaque soldat l’a construit en utilisant les mêmes vingt-six lettres. Chaque arme est différente.
Toutes sont complètement différentes à cause de l’émotion. La tristesse. La joie. La colère. La peur.
Ça, c’est la vrai magique.

(Katy Marsh, Year 11)

Auto-Isolement

Je jette et tourne depuis heures quand j’ai décidé que je me lèverais. J’étais chaud, donc j’ai ouvert la fenêtre. Soudain, j’ai entendu un bruit. Il me semblait qu’il m’appelait. Impossible ! Néanmoins, je suis sortie de ma fenêtre, et je volais ! J’ai flotté entre les nuages et s’est envolé sur les toits. J’étais aux anges avec ma nouvelle habilité, et j’ai voulu  voir le monde. J’ai volé dessus des grandes-villes impressionnantes, et les plages la plus belles. Mais, finalement j’ai dû retourner. J’ai pensé, demain je devrai rester chez moi. Si seulement mes rêves pouvaient durer éternellement.   

(Megan Beach, Year 11)

Olympe de Gouges

Ils méprisaient mes idées, méconnaissaient mes droits et, pire encore, opprimaient mon peuple. Cependant, je me tiens ici avec une dignité sans tache, car peu de femmes ont eu l’occasion de le faire, et je vois ma tragédie comme un pas vers d’égalité; un dernier acte de défi de ma part. Je serai forte. Je vais me battre jusqu’à la fin. Bien que la lame hostile me nargue ainsi, je ne me soumettrai pas à son regard inamical. Je ne mourrai pas en vain. Les enfants de ma ville natale vengeront ma mort.

(Ruby Watts, Year 10)

Apollo Vingt

«BIP, BIP!» C’est la pagaille dans l’agence spatiale internationale. «DÉTONATION!» La fusée est lancée dans le ciel aussi vite qu’un éclair sans regrets. La fusée avance à toute vitesse, presque en orbite, Apollo vingt est plus chaude que la lave. Louis Armstrong et Sylvie Aldrin regrettent d’avoir pris ces décisions qui allaient changer leurs vies, tout en progressant de plus en plus rapidement. Louis regarde par la fenêtre épaisse et ovale et ce qu’il voit de ses yeux baignés de larmes était transcendant. Il fixe paralysé par l’horreur car sur Mars il voit un million d’yeux lui fix du regard.

(Toby Greenwood, Year 8)

Je suis une armoire qui ne sera jamais oubliée par mon utilisateur, mais qui dans le coin de cette pièce délabrée, n’aurait jamais de deuxième vie.
Ouvrez-moi et vous verrez mon passé.
Dans le premier tiroir se trouve l’enfance et le bonheur. Jetez-y un œil et les couleurs rayonnantes des vêtements vous frapperont.
Dans le second tiroir se trouve la romance et l’amour. Reniflez un peu et vous sentirez le doux parfum des fleurs.
Dans le troisième tiroir se trouve la mort. Un endroit sombre mais pourtant pas aussi effrayant à ce qu’il parait.
Pour toujours, je l’accompagnerai.

(Tom Clapham, Year 10)

La bombe. Le flash. Soudain, j’étais de retour dans la salle de classe surchauffée. J’ai ouvert les yeux lorsque la maison où j’ai été faite a été engloutie par les flammes. Je peux encore sentir sa prise chaude contre mon nouveau corps velu. Mais je suis toujours là, le rembourrage bleu squashy réconfortant mon corps rempli de cendres. La fumée emplit mes yeux et mon nez suffocant. J’habite à Londres cette ville, de puissants incendies se sont propagés dans les maisons. Je suis Winston le Teddy qui a survécu à la Seconde Guerre mondiale.

(Yuvraj Kambo. Year 9)

French Flash Fiction: Highly Commended Sixth Formers

Image by Free-Photos from Pixabay

This week on Adventures on the Bookshelf we’re continuing to showcase some of the top entries from this year’s French flash fiction competition. Here are some of the highly commended stories from the older category. Well done to everyone!

Les Arbres

Les arbres voient beaucoup de choses que nous ne connaissons pas. Ils gardent des secrets, ils se souviennent du passé, et si on pense assez fort, ils peuvent entendre nos pensées. Avez-vous déjà pensé “Les arbres. Pourquoi sont-ils si étrange?” Si on pourrais communiquer avec eux, révélerait-ils leurs mystères?
Croyez-le ou non, je parle parfois avec les arbres. Je veux les comprendre, donc je leur pose des questions. Le matin, je m’asseoie sous l’arbre dans mon jardin- je le regarde comme un roi ou un montagne majestueux. Chaque matin je demande “À quoi vous pensez?”
J’attends encore une réponse.

(Lily Bamber, Year 12)

Ma mère et moi sommes venus en France il y a cinq mois. On est venus avec l’espoir d’une vie plus heureuse qu’au Congo où il y a la guerre. Nous restons dans une auberge miteuse et pleine d’escrocs. Il y a deux semaines que mes boucles d’oreilles en or de Maman Shungu ont été volées. J’les y laisse sur mon lit et quand je reviens elles avaient été prises sous mon oreiller. Si tu gardes ces bijoux t’aura de la chance elle m’a dit. Je pense que c’est de la superstition. Nous serons coincés ici pour toujours. C’est dommage.

(Ketsia-Patience Kasongo, Year 13)

Le ciel violet

Je le regarde, du coin du grenier. Il s’asseoit parfaitement immobile en regardant le ciel violet. Sa chaise est centrale dans la chambre, le seul meuble là-bas, et il est enveloppé par la nuit étoilée, sa concentration a souligné par le silence. Son visage est assombri par une brume violette. Bien que nous soyons à distance de toucher, nos âmes sont seules, tourmentées par leur isolement. Je ne peux plus y résister. Je me dirige vers lui, mets ma main sur son épaule et je peux sentir son frisson sous moi- il me manque, il me manque. J’aimerais être vivant.

(Emily Bell, Year 12)

En France, il y a de la liberté, de l’égalité, de la fraternité, mais il n’y a pas de mangues. Bon, elles sont là, mais elles sont séchées et ratatinées comme le sein d’une vieille. La lumière de miel de mon enfance ne peut pas traverser la frontière, alors les mangues ici boivent une lumière grise comme les eaux usées. Chez moi, le nectar d’or des mangues brille sur la peau et le goût sucré reste dans la bouche pendant des heures. La douceur de ces mangues me rendait éloquente. Ici, je n’ai pas de mots.

(Blessing Verrall, Year 12)

L’attente

L’attente est un état d’âme permanent. C’est quasiment un acte qui nous accable, tous.
Elle, (la fille) attend son bien-aimé. Elle vie dans l’anticipation aigue d’un signe de vie, d’un texto. Une attente solennelle, angoissante et même sublime. Chaque instant est en stase, pesant et pénible. Son état d’âme est aussi accablant que le néant d’une pièce blanche vide. L’attente provoque des suppositions, de telle sorte que la fille perd tout sens des proportions.
Lui (le bien-aimé) ne l’attend pas. Il ne sait pas qu’il la fait attendre. Il est absent car il l’a oublié.

(Allegra Stirling, Year 12)

Le Cadeau

Elle a regardé le reflet de la poupée. Elle a ouvert la porte et est entré dans le magazine. Elle a établi un contact visuel avec le marchand. Attrapant la poupée, elle a sprinté par la porte et dans la rue. Le commerçant a crié après elle. Elle a tourné le coin et a couru vers son amie. “Joyeux Anniversaire!” elle a chuchoté, en donnant la poupée à la petite fille. Elle a ensuite regardé la fille réveiller sa mère et ses quatre frères, tous qui dormaient sur le bord de la route. “Regardez,” dit-elle avec un immense sourire, “j’ai un cadeau.”

(Harriet Townhill, Year 12)

Il fait mauvais, comme toujours. Deux piqûres d’épingle percent les nuages comme des yeux, qui me regardent comme si je trangressais la loi. Mais non, je fais les courses ! Je m’assure que j’ai mon attestation et ma liste. Je doute que je puisse en cocher la moitié cette fois, mais il faut quand même essayer. J’ai apporté deux sacs, même si je sais que je n’en aurai besoin que d’un. D’ailleurs, j’aurais laissé les pâtes, les œufs, s’ils avaient été encore là ; je suis habituée à être altruiste. Pause terminée… aucune provision. J’entre dans l’hôpital.

(Nikita Jain, Year 13)

Spanish Flash Fiction: Highly Commended Stories

Image by S. Hermann & F. Richter from Pixabay

We’ve had the privilege of reading the winning stories in this year’s Spanish Flash Fiction competition, as well as the tremendous runners up. But, happily, it’s not over yet, as today we take a look at the highly commended entries.

Ayer, Hoy y Mañana

¿Es el cielo? Me pregunté ayer. Me aferraba a la espalda de mi madre. Estábamos rodeados de árboles verdes y masticábamos hojas de eucalipto entre otros koalas. Éramos felices. Esto era Australia, mi casa.
Ahora estoy despierto y solo. Estoy luchando por respirar, hay fuego por todos lados. Mis patas ya no pueden agarrarse a este árbol. ¿Dónde está mi madre?
Brazos fuertes me levantan y me alejan de las llamas. Los vendajes sanarán mi piel quemada. Somos los sobrevivientes tristes, rotos y perdidos. Detrás de los vendajes hay esperanza, mi madre será rescatada de los fuegos. Prevalece la humanidad.

(Maia Delin, Year 7)

El pescador

Durante horas y horas evadimos la red. El hombre tuvo que rendirse pronto. Miré el otro pez nadando por la libertad, de repente la red estaba debajo de mí, me había distraído yo. El pescador me levantó del agua. Miró a mis ojos y vio el cambio de felicidad para la culpa. El hombre admiraba mi cuerpo elegante. Golpeé el agua y sentí el frío en mi cara. Fui libre una vez más, pero supongo que volverán.

(Elizabeth Brawn, Year 9)

El río rojo

La masa de gente se retuerce en el caos. Caras con ojos asustados, revoloteandos para todos lados. Bocas abiertas. Proyectiles vuelan y el mar de cuerpos se bifurca. 
Las calles están manchadas, y un río de color rojo fluye hacia la plaza mayor. El aire se llena con gritos y el impacto de los misiles. Alguien gatea enfrente de mí con manos escarlatas.
A la izquierda puedo ver un niño riendo, y en mi nariz, puedo oler el aroma de los tomates. 

(Antonia Veary, Year 12)

Todos pensábamos que era un mito Masai. qué error. Sentado junto al fuego crepitante hecho de ramas secas de acacia, respirando el aire fresco de las tierras altas y escuchando la música de la noche africana. Una cacofonía de sonidos del arbusto de los grillos, búhos y la risa distante de una hiena. De repente, todo estaba tranquilo. una manta de silencio espeluznante nos envolvió. Vi sus ojos primero, como cuchillos de oro que perforaron en nuestras almas. Su elegante cuerpo negro emergió del arbusto, nuestros corazones latiendo era el único sonido que se escuchaba. el leopardo negro existe.

(Siena Cheli, Year 12)

French Flash Fiction – The runners up

The competition was stiff in the French Flash Fiction contest this year and we were fortunate not only to have some fantastic winners but also some brilliant runners up. We hope you like them as much as we did.

Image by Free-Photos from Pixabay

Alors qu’elle courait, elle s’est sentie exaltée. Elle savait qu’elle ne devrait pas faire ça mais c’était tellement bon. Avec l’herbe sur ses jambes et les étoiles scintillantes au-dessus.
Mais pour une raison quelconque, elle avait l’impression d’être surveillée.
En le regardant, il se sentait inquiet. Doit-il en parler à quelqu’un? Elle serait mise en prison. Cependant, les satellites qu’il utilisait ont été illégalement accédés. Tout d’un coup, il a réalisé quoi faire.
Quand elle est rentrée chez elle, elle a vérifié sur son ordinateur portable pour tout travail scolaire. Pas de travail juste un seul e-mail

«Arrêtez de faire ça» de Absolument personne@froabsolutelorg.pirate

(Dexter Speed, Year 8)

Les Horloges

Elles sont accrochées aux murs, regardent l’heure et regardent tout: Naissance de bébés
Enfants qui grandissent
Jeunes qui se disputent
Et les horloges sont toujours accrochées, regardant l’heure

Les jeunes adultes partent à l’université
Et puis reviennent, mais pas seul
Jeunes couples, partent
Les adultes seuls reviennent
Et le temps passe encore

Les couples repartent
Naissance de bébés
Et ainsi le processus se répète à nouveau
Et le temps passe

Horloges, elles sont accrochées aux murs
Disent d’heure à tout le monde
Mais tout ce qu’elles ont vu pendant toutes ces années
Si seulement elles pouvaient se souvenir

(Ben Whiting, Year 10)

Un Vrai Supplice

La chaleur monte en moi comme le lierre grimpant. Il y a un mille-pattes avec ses minuscules pieds d’enfer qui danse sur mon cuir chevelu. Les muscles derrières mes genoux sont coupés. Le sentiment est viscéral. Pas loin, il y a un froissement de papier. Un bonbon. Les voix douces me parviennent comme le murmure d’un ruisseau.
Pas loin, les gens se détendent. Pas loin, les gens attendent.
Une main me serre à la gorge. Les mots – viendront-ils? Personne ne sait.
Un moment de silence.
La lumière se baisse.
Le rideau se lève.

(Ella Hartley, Year 12)